Papercuts "A côté de ses pompes"

Label : Memphis Industries




Jason Robert Quever est un peu une sorte de héros pour moi. Du genre à côté de la plaque, semblant en inadéquation avec le monde qui l’entoure et qui se contrefout de faire de sa vie un selfie permanent sur réseaux sociaux. C’est un artisan à l’ancienne Jason. Empâté, le cheveux gras et constamment l’air de celui qui vient de se lever après des heures de sommeil non réparateur à base d’hypnotiques, Jason préfère aller à l’essentiel (sa musique) et ignore royalement le cirque de la suffisance égocentrique et inutile propre très souvent à ce genre de songwriter. Prends ça Bradford Cox.

Life among the savages est le cinquième album de Papercuts. Neuf titres de simplicité désarmante et de sensibilité douce amère parfaitement mis en son par une production "à la" Phil Spector. La voix haute et discrète de Jason Quever est idéale pour ces compositions toutes inspirées et débordantes de mélancolie et sensualité rêveuse. Comme d’habitude, j’ai envie de dire, depuis le premier lp Mockingbird en 2004 et le quasi sans faute jusqu’à aujourd’hui.

A l’instar de la dernière production de Real Estate , l’excellent Atlas, Life among the savages fait partie de ces grands disque bas du front, lunaires et hautement attachants.


Le 30 mai 2014, par Boog

Papercuts

Le hit dont tout le monde se fout

Papercuts

A côté de ses pompes

Papercuts

Le hit dont tout le monde se fout

Archives

Royal Blood "Méchanceté gratuite"

En prévision des festivals à venir, je révise les groupes qui sont passés sous mon radar. Royal Blood, donc. Doux Jésus c’est tellement nul, fade, ringard. Je n’arrive pas (...)

Lire l'article


This Is Not A Love Song 2017 "Indie Music Festival – Nîmes, Paloma - Du 09 au 11 juin 2017"
Angelo De Augustine "Swim it to the moon"
Radio Clapas "Emission #23 (13/06/2017)"
Radio Clapas "Emission #22 (30/05/2017)"

NOTRE SELECTION