"A song for the soul (#52)"


"I regret

Every day

What I done

Didn’t do

What I’d say"

À rester scotché devant sa fenêtre pendant des heures, l’esprit embrumé, à regarder le vide, à contempler sans envie l’agitation extérieure, plus préoccupé par sa propre introspection, ses constats d’échec, ses regrets enfouis, ses envies mort-nées...

En 1997, au bout du rouleau, perdus et seuls contre tous à force d’usage suicidaire de smack , les frères Head, Michael et John, sont récupérés in extremis de leur déchéance et extirpés de leur léthargie chimique par un label français, Megaphone, qui sort l’album sans titre de Michael Head & the Strands. Un album unique et incroyablement beau qui ressemble à un ultime signe de vie de la part de deux mecs lessivés par la poisse, leur inadaptation et leur mode de vie...

Loaded man , en neuvième position sur le disque et le seul titre composé et chanté par John Head, est basé sur deux accords de guitare sèche joués et grattés comme si la vie en dépendait et une voix dont on ne soupçonnait pas la beauté. Les paroles sont sublimes de clairvoyance désespérée, les arrangements minimalistes et discrets en fin de partie accentuent le pouvoir envoutant et la sensation de flottement.

Moment de grâce.


Le 22 mars, par Boog

A song for the soul (#52)

Archives

Good Morning "Ouais"

"Être dilettante, c’est savoir sortir de soi, non peut-être pour servir ses frères humains, mais pour agrandir et varier sa propre vie, pour avoir, au bout du compte, (...)

Lire l'article


Dedekind Cut "We live inside a dream"
Josh T. Pearson "Rasé mais pas rasoir"
"A song for the soul (#52)"
Sparklehorse "A song for the soul (#51)"

NOTRE SELECTION