Liars "Bordel organisé"

Label : Mute



Avec Liars, les articles se suivent et se ressemblent (génie tout ça) tandis que la direction musicale continue son chemin pour le moins labyrinthique. Quoique pour une fois, on sait un peu plus où on va.

En 2012 avec WIXIW, le groupe posait les guitares. Place aux machines, aux mèches blondes peroxydées. Fini les pogos, bienvenue sur le dancefloor. L’escale berlinoise de Liars avait laissé des traces. Mess poursuit (clôt ?) l’aventure, mais le versant dansant du groupe s’est clairement obscurci (c’est pour vous Madame Poinso).

Il y a deux ans, le groupe avouait timidement que le groupe s’était amusé avec des machines qu’il ne comprenait qu’à moitié. Aujourd’hui, c’est avec ces mêmes machines que le groupe revient, mais il sait s’en servir, et en tire tout son potentiel. En gros, ils ont pu faire l’album electronique dont ils rêvaient depuis le début, un disque sombre, inquiétant, beaucoup plus proche de l’univers traditionnel du groupe que le précédent. Les ambiances se rapprochent de celles de Drums Not Dead (paroles proches de l’incantation) mais le rythme garde un pied sur le dancefloor. Un grand écart réussi en somme.


Le 8 avril 2014, par Pierre

Liars

Le changement, c’est tout le temps

Liars

Un léger passage en force

Liars

Bordel organisé

Liars

Le changement, c’est tout le temps

Josh T. Pearson

A quiet Pearson

Archives

Royal Blood "Méchanceté gratuite"

En prévision des festivals à venir, je révise les groupes qui sont passés sous mon radar. Royal Blood, donc. Doux Jésus c’est tellement nul, fade, ringard. Je n’arrive pas (...)

Lire l'article


This Is Not A Love Song 2017 "Indie Music Festival – Nîmes, Paloma - Du 09 au 11 juin 2017"
Angelo De Augustine "Swim it to the moon"
Radio Clapas "Emission #23 (13/06/2017)"
Radio Clapas "Emission #22 (30/05/2017)"

NOTRE SELECTION