NOS Primavera Sound 2015 "Day 2"

Label :


Si le jeudi nous avons enrichi le plus gros brasseur portugais, aujourd’hui notre argent afflue vers l’industrie pharmaceutique. Exit Super Bock, bonjour Doliprane.

Ratés le week end précédent à Nimes, nous sommes bien à l’heure, bien positionnés, et bien affaiblis pour Viet Cong. L’énergie communicative du groupe parviendra à nous faire oublier l’état de fatigue général (à quelques exceptions près mais c’est gens là n’ont rien d’humain). Les canadiens (oui encore…) délivrent sur scène une version assez fidèle de leur post punk tortueux. Jusqu’ici, c’est peut-être même le live le plus convaincant du festival. L’euphorie retombera assez vite en face d’un José Gonzales appliqué mais dont la douce voix et la guitare acoustique cadre mal avec la grande scène d’un festival. Le génie suédois (oui parce qu’on dirait pas mais je l’adore celui-là) aurait du venir avec Junip, comme à la route du rock (concert sublime). C’aurait été aussi beau et moins…. Non je n’écrirai pas le mot. Respect tcha vu.

Avec tout ça j’ai oublié de vous dire que j’ai raté Patti Smith playing Horses. Enfin j’ai entendu Gloria en avalant mon sandwich à la viande, mais ça compte pas vraiment.

La scène ATP, jamais avare de concerts un peu « hors du cadre », se prépare à voir débouler Electric Wizards. Je ne connais pas mais j’aime et je fais confiance à mes amis. Ils m’ont parlé de métal, je suis curieux, j’attends. Finalement, le trio envoie du bon gros stoner, ce qui n’est pas pour me déplaire, mais l’attraction réside autant dans l’image que dans le son. La projection, à mi chemin entre Salo et une sextape de DSK vient alourdir une ambiance qui n’en avait pas besoin, avec ses vidéo SM où de jeunes filles s’adonnent à toute sorte de pratiques sous les yeux de seniors bourgeois et choqués / fascinés (pas dans le public, dans la vidéo, vous suivez ?).

J’aime mes amis mais j’aime aussi les vieilles gloires, et les Replacements pointent le bout de leur nez. Le concert, chiant ce coup ci, ne restera dans les annales que parce que c’était le dernier, puisque Paul Westerberg annoncera le lendemain la dissolution définitive du groupe, visiblement contrarié par l’attitude de ses compagnons tout au long de la journée (et surement de la tournée). On pourra dire qu’on y était, même si pour être honnête, on devrait dire « on y était, sisi regarde bien, là bas au fond, assis ». Pas mémorable quoi.

Pour le mémorable, autant faire appel à des pros. Premier vrai choix à faire : Spiritualized ou Belle & Sebastian. Belle & Sebastian, il paraît que c’était super. Super. Spiritualized aussi, mais je peux vous en parler un peu plus. J’y étais, et pas assis au fond. Déjà présents à Porto sous une pluie diluvienne en 2012, revus depuis à St Malo notamment, Jason Pierce a eu l’intelligence de proposer une setlist renouvelée pour l’occasion. Point de Ladies & Gentlemen, Come Together, Hey Jane et autre Mary, le groupe pioche ça et là dans la discographie pour un concert qui touche au sublime. Quelques tubes par ci par là (Electricity, Soul on fire dans une version épurée) mais des morceaux un peu plus rares aussi (bon OK je les vois pas tous les mois non plus…) avec un final aérien sur Take Your Time.

Ce moment de lévitation aurait pu continuer en face d’Antony & the Johnsons (et son orchestre symphonique), mais si l’idée est belle sur le papier, le rendu est moins convaincant. Un orchestre symphonique d’une quarantaine de musicien sur la grande scène d’un festival, c’est classe. Avec Antony en crooner, ça peut être sublime. L’imposer à tous les festivaliers, car aucune autre scène n’est ouverte à ce moment là, c’est dommage. Est-ce une demande express de l’artiste ou un choix de programmation, je n’en sais rien (même si j’ai ma petite idée), mais le résultat, c’est plus de 15 000 personnes, pas forcément sobres, pas forcément silencieuses, pas forcément fan, qui se retrouve face à un projet très ambitieux mais assez particulier. La magie n’opère donc pas dès lors qu’on ne se trouve pas dans les premiers rangs, et même si je m’attarde pour profiter de Blind en live, dans une version symphonique, les Doliprane ont fait effet et l’apéro est de retour.

Nouveau choix : Jungle vs Ariel Pink vs Run The Jewels. Ariel Pink ayant achevé de nous convaincre de faire l’impasse à Paloma, c’est donc El-P, Killer Mike et leur DJ qui auront nos faveurs, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a bien fait ! Aussi sombre et malaisant qu’Electric Wizards, le live s’apparente à une sorte d’uppercut. Punchlines en pagaille (dommage qu’on ne les aient pas toutes), public chauffé à blanc, Porto sait choisir ses rappeurs. Après Kendrick Lamar en 2014, LE concert hip hop du festival sera de haute volée, et la redescente pas évidente. Chapeau les artistes.


Le 16 juin 2015, par Pierre

NOS Primavera Sound 2015

Day 3

NOS Primavera Sound 2015

Day 1

Archives

Radio Clapas "Emission #15 (14/03/2017)"

Tracklist : 1. Timber Timbre - Sewer blues 2. Oh ! Tiger Mountain - Two sisters (Kinks cover) 3. The Black Heart Procession - The old kind of summer 4. Father (...)

Lire l'article


Radio Clapas "Emission #14 (07/03/2017)"
Radio Clapas "Emission #13 (21/02/2017)"
ON (Orphée Noir) "A song for the soul (#45)"
Radio Clapas "Emission #12 (31/01/2017)"

NOTRE SELECTION

https://soundcloud.com/troubleinmin...https://soundcloud.com/tough-love/w... https://soundcloud.com/ulrikaspacek...