Nos Primavera Sound 2016 "Day 2"


La fin de soirée de la veille ayant laissé quelques traces, ce vendredi 10 juin sera principalement marqué par les douleurs au dos, les Dolipranes, Brian Wilson et PJ Harvey (quand même !)

Mais tout commence devant Destroyer. Ce groupe constitue une sorte d’énigme pour moi, car pas mal de mes amis voient en Dan Bejar un véritable génie, et si ses albums m’enthousiasment pas mal, je n’arrive pas à y voir les joyaux que mon entourage me décrit. Mais pour un début de journée, c’est parfait. Pas le temps de rester jusqu’au bout car le krautrock de Beak> s’annonce sur la scène sans nom (ex ATP). Geoff Barrow (de Portishead s’il fallait le rappeler) est moins loquace sur scène que dans les médias quand il s’agit d’incendier Spotify sur les droits d’auteur et laisse la parole à son batteur, qui aurait pu faire une carrière dans le stand up. L’attitude tranche avec le son presque indus, et très entêtant. Beak> sait envoyer quand il le faut, et leur set millimétré sera malheureusement gâché par trop de problèmes techniques (le son en façade qui saute d’un côté 5 ou 6 fois, et les morceaux qui ne peuvent aller à leur terme, c’est quand même pas terrible quand on s’appelle Primavera…)

Il est temps de rejoindre la NOS Stage, où les quinquagénaires portugais ont semblé se donner rendez-vous, pour l’un des grands moments du week end. Le portrait d’un Brian Wilson dans la force de l’âge s’étend en fond de scène et annonce la couleur « Pet Sounds 50 years ». Un Brian Wilson moins dans la force de l’âge se présente, aidé par quelques assistants et s’installe au piano, tandis qu’une armada de musiciens prend place, devant un auditoire ému. Soyons honnête : nous n’attendons pas de prendre la claque musicale du siècle, mais entendre du Beach Boys en 2016, plus ou moins joué par son créateur, a quelque chose d’autant anachronique que jouissif. « J’ai écrit cette chanson en 1964 » lance Brian Wilson avant d’entonner California Girls. Quelques tubes plus tard, Pet Sounds est joué en intégralité, avant un finish imparable (Good Vibrations / Help Me, Rhonda / Barbara Ann / Surfin’ USA / Fun Fun Fun). Oui Brian Wilson est entouré d’une bande de requins de studio, oui son chant est presque constamment doublé, oui de temps en temps, il ne fait absolument rien sur scène, si ce n’est acte de présence, mais voir l’émotion des gens autour de moi (une dame en larmes à la fin du show) avait quelque chose d’irréel par les temps qui courent, et vivre un tel moment de communion pendant un concert n’est pas monnaie courant, alors merci Monsieur.

Et puis merci Madame. Parce que PJ Harvey suivra sur la même scène, et il faut dire que l’anglaise sait s’entourer (Mick Harvey aux claviers et John Parish à la guitare). Sa grandiloquence en rebute certains, mais pour peu qu’on fasse fi du décorum, on assiste au concert d’un artiste majeur des 30 dernières années, et c’est pas tous les jours. Le ton très martial du dernier album marque le début du set, pour un finish tout en tube (Down by the water / To bring you my love). Impeccable.

A retenir pour la fin de soirée la performance furieuse de Protomartyr et surtout de son ingé son, qui a décidé d’appliquer la devise de nos amis de St Jean de Vedas : tout à fond. Si l’impression de rouleau compresseur oppresse, les quelques finesses (si je puis m’exprimer ainsi) de l’album passent à la trappe. Ca joue à 1000 à l’heure, aucun temps mort entre les morceaux… La fureur à l’état pur, et un bon moment de défoulement, qui ne laissera que peu de forces (voire aucune pour ma part) pour s’ébahir devant les envoutants Beach House. Il paraît que c’était magnifique. Retrouver mon lit aussi.


Le 25 juin 2016, par Pierre

Nos Primavera Sound 2016

Day 3

Nos Primavera Sound 2016

Day 1

Archives

Royal Blood "Méchanceté gratuite"

En prévision des festivals à venir, je révise les groupes qui sont passés sous mon radar. Royal Blood, donc. Doux Jésus c’est tellement nul, fade, ringard. Je n’arrive pas (...)

Lire l'article


This Is Not A Love Song 2017 "Indie Music Festival – Nîmes, Paloma - Du 09 au 11 juin 2017"
Angelo De Augustine "Swim it to the moon"
Radio Clapas "Emission #23 (13/06/2017)"
Radio Clapas "Emission #22 (30/05/2017)"

NOTRE SELECTION