Talk Talk "Effacement total"

Label : Verve records


"Place my chair at the backroom door

Help me up

I can’t wait anymore

Blessed love

The love I’ve seen

Stair by idle stair

Faith one path & the second in fear

A half wit am I read"

Une ultime et parfaite désagrégation. Une mise en retrait absolue et choisie. Un acte délibéré de disparaitre.

Laughing Stock marque la fin de la discographie de Talk Talk. Enregistré et surtout mixé entre septembre 1990 et mars 1991, ce chant du cygne enfonce définitivement le clou du suicide commercial déjà largement amorcé avec leur précédent album (Spirit of Eden, 1988) qui leur a valu des relations cataclysmiques et une fin de contrat avec leur maison de disque (EMI) et un départ vers Verve records. Je ne vous cache pas que j’estime que les 3 premières réalisations du groupe sont de véritables merdes sans nom, quelque part entre la pop synthétique de stade jouée par des mecs en catogans et de la soupe de requins de studio qui slappent en dodelinant comme des cons de la tête en se disant "putain ça joue là". Soit l’enfer sur terre.

Ce disque prend ses distances avec toute notion de dogmatisme, s’applique à s’affranchir des codes et semble dire "qui m’aime me suive". Les sessions d’enregistrement consistent en de longues et diverses improvisations au fil des musiciens présents dans le studio. La base musicale et le process consistent principalement en Mark Hollis , Tim Friese Green et Phil Brown . Ils s’enfermeront de longues semaines pour assembler, déconstruire, déformer, raccorder les heures de bandes enregistrées dans un contexte bien particulier. Les prises de sons sont réalisées avec un éclairage minimal, les micros sont positionnés très précisément et volontairement à de certaines distances des amplis ou instruments afin de créer des delays sans artifice, les musiciens jouent leurs parties face aux murs... Plus de 80% de la musique enregistrée ne sera finalement pas utilisée dans la version définitive de l’album. Les "incidents" seront mis en valeur et intégrés aux gré des six titres composant Laughing Stock.

Et c’est singulièrement beau. A des années lumières de toute forme musicale prédéfinie, ce disque s’écoute en fermant les yeux et procure une multitude d’émotions intimes. Lente, dissonante, contemplative, triste, en équilibre constant, la musique est une merveille d’élévation astrale. Les paroles, quasi religieuses, chantées avec un feeling qui fout la chair de poule, entre murmure, retenue et profondeur, accentuent cette sensation spirituelle.

"Shake my head

Turn my face to the floor

Dead to respect

To respect to be born

Lest we forget who lay"

J’envie sincèrement celles et ceux qui écouteront cet album pour la première fois. L’expérience est inouïe, les sensations inimaginables, le réconfort quasi vital.


Le 29 août, par Boog

Talk Talk

Effacement total

Archives

Radio Clapas "Emission #27 (12/09/2017)"

Tracklist : 1. LCD Soundsystem - oh baby 2. Liars - The Grand Delusional 3. Liars - Face to face with my face 4. IDLES - Mother 5. Prolapse - Surreal Madrid 6. (...)

Lire l'article


Talk Talk "Effacement total"
Les Thugs "A song for the soul (#47)"
Vieilles Charrues "Compte rendu 2017"
Radio Clapas "Emission #26 (25/07/2017)"

NOTRE SELECTION