Broadcast "Giallo Maman Bobo"

Label : Warp


En 2013, plus que jamais, être fan de Broadcast n’est pas chose facile.

Après avoir subi, un à un, le départ de la quasi-totalité de ses membres, le groupe, réduit au duo Trish Keenan - James Cargill, fait patienter ses admirateurs après l’admirable Tender Buttons (2005) entre compilation racée (The Future Crayon, 2006) et projet barré (Broadcast And The Focus Group Investigate Witch Cults Of The Radio Age, 2009). A l’époque, les mecs de Rock it annoncent pour l’année suivante un nouvel album en lequel ils sont les seuls à croire encore.

Ils auraient mieux fait de miser sur la réunion de Sonic Boom et Jason Pierce, car en 2011, leur formation favorite se livrera à un nouveau caprice : Trish Keenan décide d’attraper une forme de pneumonie et d’en mourir. Nous voilà Gros-Jean comme devant.

Bon, ils ont des circonstances atténuantes, certes, mais ils nous manquent quand même méchamment les Broadcast, leurs délires rétro-futuristes, leurs mélodies space age et la voix unique de leur chanteuse.

En 2013, donc, quel choix reste-t-il au fan éploré ? Ecouter Melody’s Echo Chamber ? Mouais... M’est avis que même la jeune française ne prétendrait pas relever le défi lancé par quelques commentateurs paresseux et un peu trop prompts à établir des raccourcis faciles... Non, en 2013, cette chochotte endeuillée doit aller voir Berberian Sound Studio et écouter sa bande originale, composée par le groupe du vivant de Trish Keenan.

Malheureusement, les deux oeuvres procurent le même sentiment de frustration : le film, racontant la descente aux enfers d’un ingénieur du son chargé de bruiter un Giallo, ravira les fétichistes de matériel analogique, de Revox, de vieilles consoles aux potards multicolores et aux vumètres distingués qu’il expose sous tous les angles avec gourmandise. Hélas, on ne verra aucune image de ce fameux Giallo et on finit par s’emmerder poliment.

De même, le disque nous fait entendre des bouts de l’univers de Broadcast, des segments d’une minute (à l’instar de leurs deux Microtronics sous-titrés "stereo recorded music for links and bridges"). L’expérience se révèle donc à la fois captivante, intrigante, passionnante et décevante, car l’on se prend à imaginer ce qu’aurait pu donner ce "vrai" nouvel album de Broadcast attendu depuis si longtemps.

En attendant cet hypothétique ultime opus promis par James Cargill, qui affirme y travailler à partir de bandes enregistrées avec Trish (et en lequel seule la fine équipe Rock it croit mordicus encore, envers et contre tout), l’écoute de ce Berberian Sound Studio O.S.T. constitue tout de même un trip de haute volée.


Le 25 avril 2013, par La Dèche

Broadcast

Tristesse absolue

Broadcast

Familiar Shapes and Noises

Broadcast

Ma sorcière bien aimée

Vincent Gallo

Fixation auto affective et ultra sensitive

! !! (chk chk chk)

L$D SOUNDSYSTEM

! !! (chk chk chk)

Yeah Yeah Yeah !

Archives

Royal Blood "Méchanceté gratuite"

En prévision des festivals à venir, je révise les groupes qui sont passés sous mon radar. Royal Blood, donc. Doux Jésus c’est tellement nul, fade, ringard. Je n’arrive pas (...)

Lire l'article


This Is Not A Love Song 2017 "Indie Music Festival – Nîmes, Paloma - Du 09 au 11 juin 2017"
Angelo De Augustine "Swim it to the moon"
Radio Clapas "Emission #23 (13/06/2017)"
Radio Clapas "Emission #22 (30/05/2017)"

NOTRE SELECTION