"Le génie de Komeda"


Tu n’as probablement jamais entendu parler de Komeda, lecteur.

Comment t’en blâmer ? Tout se passe comme si une révoltante conspiration du silence pesait sur les épaules du groupe que l’on pourrait périphraser tout aussi abjectement de « secret le mieux gardé de la pop suédoise ». Il est temps de te débarrasser de cette honte crasse que tu trimbales depuis des années et de rejoindre à ton tour le cercle restreint mais très smart des adorateurs de Komeda.

Pop pä Svenska, donc. Début des années 90 - début des années 2000. Mais c’est quoi, le son Komeda ? Lena Karlsson, chanteuse du groupe : « I have always thought of Komeda as a pop band, but pop doesn’t really mean pop anymore. So Komeda is avant-traditional, easy-complex, music for happy stupid dancers, spectral-boogie, anemic cinema soundtrack and hooked-on-a-feeling. Komeda is not math-pop, academic underground, ABBA 2.0, The Cardigans with a twist or smorgasbord-lounge muzak ». Fans de Stereolab ne pas s’abstenir.

Il est urgent de mettre fin aux ineptes légendes urbaines impliquant je ne sais quels Souterrain de Velours ou Roses de Pierre : Pop pä Svenska (1993) est probablement le plus grand premier album de tous les temps. Orchestration luxuriante (cordes, vibraphones, cuivres) au service de compos à tomber : l’album sonne exactement comme la B.O. qu’aurait pu composer Michel Legrand pour Les Demoiselles de Rochefort s’il n’avait pas choisi d’écrire d’affreuses rengaines traumatisantes. Pop, Muzak, Bossa, Jazz : le feu d’artifice est illuminé par plus d’une bombe italienne. « Bonjour tristesse », « Stjarna », « Feeling fine », autant de classiques interprétés en suédois qui donnent envie d’une vie sous acide.

En 1996, The Genius of Komeda s’impose comme un audacieux contre-pied. Morceaux courts, instrumentation rêche guitare-basse-batterie-orgue, chant en anglais, l’album se veut plus direct. On peut évidemment toujours danser sur les jerks insensés proposés par le groupe : « Boogie Woogie / Rock’n’Roll », « Disko » et « Frolic » rappellent par leur aspect motorik et leur science du contretemps de glorieux aînés comme Can (dont Komeda reprendra plus tard le fameux « Mushroom »).

What makes it go ? (1998) apparaît comme un bon compromis entre la sophistication de Pop pä Svenska et l’immédiateté de The Genius of Komeda. Très pop (les tubes pleuvent littéralement comme les cordes qui illuminent les plus beaux passages de l’album), il constitue sans doute la meilleure porte d’entrée à la discographie des Suédois. Je ne vois guère que les Pixies pour proposer un enchaînement aussi jouissif de perles inventives et variées. « Happyment », « A simple formality », « It’s allright, Baby » : au hasard trois des onze titres de l’album qui vous rendra définitivement accro à Komeda.

Amputé du guitariste Matthias Nordlander, le groupe attendra six longues années avant de proposer un nouvel – et à ce jour denier – album, l’éclectique Kokomemedada (2004). Retour au dépouillement orchestral de leur deuxième opus, le disque est probablement le plus varié de ses auteurs : plusieurs morceaux sont marqués d’un certain spleen jusqu’alors inédit chez Komeda (« Nonsense » et « Brother » en ouverture et conclusion), une boîte à rythme fait son apparition (« Dead », où le groupe fait référence à « Hallogallo » de Neu !) tandis que l’aspect dansant n’est pas oublié sur le très new wave « Elvira Madigan » ou le boogie « B.L.O.S.S.O.M. » (présent sur la B.O. des Powerpuff Girls !).

En attendant une hypothétique reformation (on en est arrivé à The Charlatans play Some Friendly, bordel, tout reste possible !), l’écoute intensive et répétée de la discographie complète de Komeda est plus que recommandée.


Le 24 décembre 2010, par La Dèche

Archives

Royal Blood "Méchanceté gratuite"

En prévision des festivals à venir, je révise les groupes qui sont passés sous mon radar. Royal Blood, donc. Doux Jésus c’est tellement nul, fade, ringard. Je n’arrive pas (...)

Lire l'article


This Is Not A Love Song 2017 "Indie Music Festival – Nîmes, Paloma - Du 09 au 11 juin 2017"
Angelo De Augustine "Swim it to the moon"
Radio Clapas "Emission #23 (13/06/2017)"
Radio Clapas "Emission #22 (30/05/2017)"

NOTRE SELECTION