Hauschka "Piano fire"

Label : Fat Cat


Volker Bertelmann devait trouver son nom trop difficile à retenir, du coup il a choisi le pseudo Hauschka. Pas con. En 2007 je tombe un peu par hasard sur Room to expand et je suis sous le charme de ce compositeur made in Dusseldorf qui torture son piano.

En 2011, Volker s’entoure (de deux Calexico et un Mum) et sort son album le plus abouti. Et par là je veux dire que c’est mon avis que j’exprime. Car c’est de l’un des albums de l’année dont on parle là. Si le piano est toujours au centre des débats, c’est une multitude de trouvailles mélodiques géniales qui garnit ce Salon des amateurs.

Sur un disque moins expérimental, et presque dansant, Hauschka évite la répétition que sa formule pouvait laisser présager... le piano a ses limites.


Le 26 août 2011, par Pierre

Hauschka

Piano fire

Archives

"A song for the soul (#52)"

"I regret Every day What I done Didn’t do What I’d say" À rester scotché devant sa fenêtre pendant des heures, l’esprit embrumé, à regarder le vide, à contempler sans (...)

Lire l'article


Sparklehorse "A song for the soul (#51)"
Shame "Et si c’était eux..."
Radio Clapas "Emission #39 (06/02/2018)"
"Dream machine #22"

NOTRE SELECTION