Library of Sands "Place is the space"

Label : Wild Sages


Avant il y avait Brightblack Morning Light , qui a traversé admirablement et plutôt discrètement les années 2000, la tête dans les étoiles et les pieds dans la boue. Groupe fondé autour de Nathan "Nay Nay"Shineywater et Rachael Hughes , il faisait très, mais alors très lentement, un genre de blues au sur-ralenti pataugeant dans de torpides effluves psychotropes et sali par d’immenses vibrations bourdonnantes et réverbérées. Deux merveilles d’albums sont à retenir : le second en 2006, sans titre, et deux ans plus tard, Motion to rejoin qui semble être leur chant du cygne. Leur premier essai en 2004 , Ala.Cali.Tucky, est à mon avis plus conventionnel et moins marquant. Entre anecdotes fantasmées et légendes véritables concernant leur intense activisme revendiqué de retour à la nature, ils vivaient dans des genres de tipis, marchaient pieds nus et enregistraient leur dernier disque avec des panneaux solaires. Je pense également qu’ils devaient fumer une quantité astronomique de plantes chelou. BBML, musicalement c’était ça par exemple :

Bref, deux disques lumineux et un très bon bilan carbone.

Nay Nay Shineywater est maintenant tout seul, aux commandes d’un projet bien barré et aux concepts bien définis : Library of Sands. Toujours la moitié de son temps torse poil, les cheveux hirsutes et assis en tailleur (de ce côté là rien n’a changé) il propose d’un coup trois longs ep sous 3 formats différents : Before us , 3 titres sur vinyle (durée 45 minutes et trip assuré), Wavy Heat , plutôt expérimental, sur une bonne vieille cassette (on y remarque la présence du batteur de My Bloody Valentine) et Side to Side en cd. Ce dernier a été enregistré dans le désert californien est a attiré toute mon attention par son approche super étrange et très inspiré de Sun Ra à mon sens. Trombone, claviers distordus, basses modulées, voix en apesanteur, les 4 titres sont assez éloquents et peuvent par moments interroger sur la santé mentale de leur auteur. Mais c’est absolument génial. Preuve en est l’extraordinaire For the love of the mind , qui débute par une intro sur une demi douzaine de notes répétées pendant 2 minutes avant de basculer dans un espèce de coma léthargique opiacé et flottant.

Peaceful.


Le 20 avril 2013, par Boog

Library of Sands

Place is the space

Archives

Radio Clapas "Emission #33 (28/10/2017)"

Tracklist : 1. James Holden & The Animal Spirits - Each moment like the first 2. Baxter Dury - Miami 3. Daniele Luppi & Parquet Courts - Flush (feat. (...)

Lire l'article


Radio Clapas "Emission #32 (14/11/2017)"
Beach Fossils "A song for the soul (#48)"
Radio Clapas "Emission #31 (24/10/2017)"
Radio Clapas "Emission #30 (17/10/2018)"

NOTRE SELECTION